2 février 2019

Chandeleur

 

 27544857_2047431655539791_2596020397620391747_n

Kalan s'arrêta, retenant son souffle... Après de longues secondes à étudier les alentours, le garçonnet se remit en route, à pas de loup. La cuisine était en vue.

Telle une ombre, il se glissa dans la pièce. Ses yeux bruns brillaient d'anticipation. L'odeur alléchante des crêpes lui chatouillait les narines. Il attendit encore. Maman lui tournait le dos, surveillant la cuisson des crêpes. Miam ! Il allait se régaler ! Et c'était drôle d'essayer d'en piquer une avant tout le monde. Il était sûr d'y arriver ! Peut-être en prendrait-il deux, d'ailleurs. Eira aimait bien les crêpes, elle aussi. Oui, c'était décidé, il en prendrait deux.

Tout en surveillant toujours du coin de l'oeil sa mère, Kalan avança, lentement, veillant à ne faire aucun bruit. Une belle pile de crêpes était déjà posée sur la table, dans une grande assiette. Le petit garçon en salivait. Les invités ne tarderaient pas à arriver, il fallait qu'il agisse sans trop tarder. La table n'était plus qu'à trois pas, deux pas, un pas... Il tendit le bras, tâtonna. Et faillit pousser un cri de triomphe en tirant une première crêpe. Encore une et il pourrait filer dans sa chambre avec son butin ! La texture était agréable sous ses doigts, la crêpe était encore tiède. Hum ! Ça sentait bon. À nouveau, il tendit la main...

— Kalan, espèce de petit gourmand !

La voix le fit sursauter. Penaud, il se retourna pour découvrir Sélène à l'entrée de la cuisine. Concentré sur son larcin, il n'avait pas entendu frapper à la porte.

— Ah, mon fils, tu as encore un peu de travail avant de devenir un bon voleur de moutons, s'esclaffa Kieran en apparaissant derrière Sélène. Enfin, de crêpes.

Zut ! Papa racontait souvent ses souvenirs de l'époque où il était un courageux chef de clan. Lui ne se faisait jamais prendre.

— Il me rappelle quelqu'un, mais qui ? fit mine de réfléchir Sélène.

— Corentin, suggéra aimablement Thaïs en déposant d'un geste habile une dose de pâte dans la crêpière.

— Oui !

Kalan sourit : il adorait son grand cousin Corentin, qui était tellement fort et drôle. Lui ressembler, c'était chouette aussi.

— Quand on le prenait la main dans le sac, enfin, dans le plat de crêpes, je le transformais en ânon, reprit Sélène, amusée. C'est mignon, un ânon.

— Il faut respecter la tradition, approuva en riant Thaïs. Mais un ânon dans la maison, ça risque de faire un peu désordre. Un chaton, c'est bien, non ?

— Pas de problème.

La magie chatouilla la peau de Kalan. Il n'était pas sûr d'avoir vraiment compris la discussion entre les deux femmes. Soudain, il se retrouva au ras du sol, les pattes sur la crêpe. Des pattes ? Étonné, il regarda de plus près : oui, il avait des pattes, poilues, munies de griffes. Et il ne se tenait plus debout mais...

— Miaou ! clama-t-il, indigné, en comprenant que Sélène l'avait bel et bien transformé en chat.

Il s'assit sur son arrière-train, vexé : la prochaine fois, il ne prendrait qu'une seule crêpe. Eira se débrouillerait pour avoir la sienne !

— La relève est assurée, il n'y a pas de doute, rit Thaïs. Corentin et Joss seront sans doute très fiers.

— Ou soulagés, tempéra Kieran en se penchant pour prendre le chaton dans ses grandes mains.

— Ils ne sont pas à l'abri d'une transformation ! fit Sélène. Nous sommes généreux, dans la famille, il y a de la place pour tout le monde.

Bien calé contre le torse de son père, dont il pouvait sentir les battements de cœur, forts et réguliers, Kalan ferma à demi les yeux. Il bâilla, dévoilant de minuscules crocs. La prochaine fois, il ne se ferait pas prendre.

— Il ronronne, s'attendrit Thaïs en venant déposer un baiser sur la petite tête.

— Je ne suis pas sûr que la « punition » soit très dissuasive.

Sélène sourit en percevant les pensées du petit.

— Il a l'intention de recommencer à la première occasion, vous savez ?

— Chez les McDougall, on ne se laisse pas abattre facilement. Il ira loin, cet enfant, fit Kieran.

— Moins que sa sœur.

Ils se retournèrent vers la nouvelle venue. Une Gaëlle hilare leur désigna du doigt Eira, les joues gonflées, près de la table. La chipie avait profité de la distraction offerte par son félin de frère pour se servir ! Oui, la nouvelle génération était prête à reprendre le flambeau...

Tous mes écrits, romans et nouvelles, font l'objet d'un dépôt. Il est donc formellement interdit de les recopier ou de les reproduire, même partiellement, sans l'autorisation de l'auteur.