Thérapie du crime, de Sophie Jomain et Maxime Gillio

 

therapie-du-crime-1023645-264-432

Alice Rivière est une psychologue peu conventionnelle. L'incongruité, c'est son truc. Elle ne fait rien comme personne et c'est même la raison pour laquelle on vient la voir. D'ailleurs, si elle pouvait parler de ce qu'on lui confie lors de ces séances, elle aurait des centaines d'histoires à raconter. Mais la discrétion est une règle d or. Une règle fortement ébranlée par la réapparition du commandant Xavier Capelle qui vient lui soutirer des informations sur un de ses patients. Encore faudrait-il qu elle accepte de l'aider et qu'elle lui pardonne l'humiliation subie seize ans plus tôt. Et pour ça, il peut toujours courir...

Ça fuse entre Alice et Xavier... un peu comme entre les deux auteurs, en fait. Les croiser, c'est s'assurer une partie de ping -pong verbal et tourner la tête de l'un à l'autre pour suivre leurs échanges.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la collaboration est réussie, l'histoire est à la fois pétillante, drôle, décalée, touchante par moments. Au tout début, l'attitude de Xavier m'a rappelé Eve Dallas dans sa façon de visualiser les circonstances du crime. On sait assez rapidement qui est le principal suspect, la grande question étant bien sûr la façon dont le jeu du chat et de la souris va se poursuivre entre Capelle et son suspect, avec les coups bas politiques qui entrent en scène et la relation chaotique entre nos deux héros, relation qui oscille constamment entre une certaine tendresse et un agacement mutuel. Je pense (et j'espère!!!) qu'il y aura une autre aventure de notre sexologue et de sexy chicken : on sent que tout n'a pas été dit, loin de là !