Les Marcheurs tome 1 : Genèse

Denis Labbé

 

les-marcheurs---tome-1---genese-934428-264-432

Que faire lorsque le monde s’écroule autour de vous et que vous devez échapper à la mort ? Lors d’un voyage scolaire au camp de travail du Struthof, une expérience nazie refait surface et déclenche une épidémie. Pris au coeur de cette catastrophe, Louis Fleckinger, professeur d’histoire, essaie de sauver un groupe d’élèves afin de les ramener auprès de leurs parents. Mais la route va être longue.

 

Bien sûr, je connais la série TV The Walking Dead. Difficile de traiter du thème des zombies de façon originale. Le premier tome des Marcheurs apporte pourtant sa petite touche appréciable à ce thème a priori banal. La couverture donne l'ambiance, de quoi donner des frissons avant même de commencer la lecture !

 

Nous suivons ainsi Louis, professeur, en sortie scolaire avec quelques collègues et plusieurs dizaines de lycéens. L'arrivée au Struthof est l'occasion de faire quelques rappels à ces ados dont déjà quelques personnalités émergent du groupe. Louis apparaît comme un enseignant rigoureux, mais apprécié de ses élèves, moins de ses collègues en revanche. Il souhaite ardemment transmettre valeurs et connaissances à ces jeunes, pour lesquels il éprouve une certaine affection. En l'absence des parents, il prend très à cœur son rôle d'adulte responsable et protecteur. Une attitude qui va déterminer son comportement au fil des aventures qui vont se dérouler.

 

Bien sûr, le livre nous donne à voir l'horreur de la transformation de gens ordinaires en affreux zombies affamés de chair fraîche, la course éperdue d'un groupe de survivants, l'impuissance des forces de l'ordre, le courage de certains personnages, la lâcheté ou le déni d'autres... Classique, mais efficace. Cependant, l'originalité tient à quelques autres points, comme le fait que l'histoire se déroule dans les Vosges, prenant en plus naissance dans l'Histoire (oui, avec un grand H)  de la région. Ainsi, nous découvrons l'origine de l'épidémie, son expansion qui semble ne plus pouvoir s'arrêter. Et au milieu de tout cela, un prof et ses élèves, en fuite, tentant de trouver des explications rationnelles, un refuge, de retrouver leurs proches. Louis, propulsé responsable des jeunes, doit prendre des décisions difficiles, avec la terreur de se tromper et de conduire tout le monde droit entre les griffes des zombies, conscient qui plus est des risques si l'épidémie s'étend au-delà de la région. Heureusement, il est secondé dans sa tâche par quelques personnages : une jeune guide du Struthof, un militaire embarqué dans la confusion générale, et quelques lycéens, dont un tireur d'élite, un spécialiste des jeux vidéos et des romans de zombies, et une championne d'arts martiaux.

Les références, tant historiques, géographiques, que littéraires ou autres, sont légion. À titre personnel, j'ai apprécié de voir cité L'Heure du Loup, de Robert McCammon (que je vous recommande vivement). L'écriture est précise et fluide, l'action alterne avec les moments d'introspection, les pages se tournent sans qu'on s'en aperçoive.

De ce que j'ai pu voir en regardant les autres livres de l'auteur, la série Les Errants se déroule dans le même contexte, avec un autre groupe présent au Struthof lors des débuts de l'épidémie. Idem pour Projet Cornélia. J'en prends bonne note pour de futures lectures !