Scorpi tome 1 : Ceux qui marchent dans les ombres

 

Je continue mon exploration de l'univers de Roxane Dambre. On m'a beaucoup parlé de Scorpi, aussi en ai-je tenté la lecture. Encore une fois, je me suis régalée !

J'avoue que j'ai vu passer cette série assez souvent dans mes recommandations Amazon, mais les couvertures n'avaient pas retenu mon attention.

 

scorpi

Par un de ces orages d’été dont Paris a le secret, Charlotte, 23 ans, découvre un petit garçon blotti au pied de son immeuble, ses cheveux sombres dégoulinant, son T-shirt plaqué par la pluie.

Charlotte, qui est la gentillesse même, lui propose de s’abriter chez elle. L’enfant la suit sans un mot. D’ailleurs, il parle très peu, mais quand il parle c’est pour dire des choses ahurissantes : ses parents et son grand frère seraient des tueurs à gages aux pouvoirs mystérieux, baptisés les Scorpi. Lui-même, Élias, serait en apprentissage. Et sa phrase fétiche semble être : « Tu veux que je le tue ? »

Charlotte n’en croit pas un mot, d’abord. Mais bientôt elle découvre dans son salon une version 25 ans d’Elias, un grand brun aux yeux bleu outremer qui a l'air de débarquer d'un autre monde. Adam, le fameux frère, vient d’entrer dans sa vie, et celle-ci va tourner à la cavalcade.

Poursuivie par des inconnus, repérée par la police, rendue chèvre par ses "invités", Charlotte arrivera-t-elle à maîtriser la folie tantôt joyeuse tantôt angoissante que devient son destin depuis qu'elle a rencontré les Scorpi ?

Alors ? Prêts à suivre ceux qui marchent dans les ombres ?

 

 

Cette fois-ci, comme dans Aurora, nous avons une héroïne ordinaire : Charlotte, 23 ans, jeune provinciale venue à Paris trouver du travail dans un service de comptabilité. Elle espère que sa période d'essai aboutira à un CDI, ce qui l'oblige à supporter l'humour déplacé de son supérieur, un humour qui vire au harcèlement. Comme Charlotte est trop gentille, elle ne sait pas comment le remettre à sa place sans le vexer. Le mécanisme du harcèlement est bien décrit. Heureusement, elle peut compter sur sa collègue Sophie, qui veille à toujours intervenir quand Thomas se montre trop insistant.

Voilà ce qui caractérise Charlotte : la gentillesse. Dans notre monde, être gentil est presque péjoratif, c'est devenu synonyme de bêtise ou de naïveté, de faiblesse même. C'est cette gentillesse authentique qui rend Charlotte aussi attachante et qui en fait une héroïne différente. Et c'est cette gentillesse qui l'entraîne dans une série d'aventures toutes plus folles les unes que les autres. D'abord, il a ce jeune garçon de 10 ans, Elias, qu'elle trouve dans la rue un soir d'orage, et à qui elle ouvre sa porte pour le protéger, notamment du tueur en série qui sévit dans Paris depuis quelque temps. L'enfant est un peu étrange, et elle est émue de le voir inventer ce qu'elle prend pour des mensonges pour protéger ses parents, dont elle imagine qu'ils le maltraitent. Elias prétend venir d'une famille de tueurs à gages, être en phase de formation. Et, pour la remercier de ce qu'elle fait pour lui, il lui demande régulièrement si elle veut qu'il tue quelqu'un pour elle !

 

Autant le dire tout de suite, je craque pour Elias, il est trop chou. On devrait être horrifié par son ascendance, ses capacités meurtrières, la façon nonchalante dont il envisage le crime, mais il est à côté de cela tellement mignon, innocent paradoxalement, en recherche d'amour et de reconnaissance, qu'on ne peut pas ne pas craquer. Alors quand son grand frère, Adam, un Elias version adulte, débarque à son tour dans la vie de Charlotte, comment lui résister ?

Un héros tueur à gages... bon clairement, là aussi, ça ne semble pas gagné. Adam, en plus, est très doué pour son boulot, mais complètement à la ramasse niveau relations humaines. Ce qui donne lieu à des quiproquos amusants face à une Charlotte qui ne sait pas trop sur quel pied danser. Qu'à cela ne tienne, il est plein de bonne volonté et suit les conseils avisés (issus de magazines féminins, hum...) de son petit frère. Il faut se mettre à genoux et offrir une bague pour une demande en mariage ? Il achète 15 bagues et vient se mettre à genoux devant Charlotte. Elle n'a plus qu'à choisir celle qui lui plaît et à dire oui. C'est simple, non ?

Et notre héroïne, dans tout ça ? Et bien elle ne sait pas trop comment se comporter.  Des tueurs chez elle, il y a de quoi être effrayée. Elle l'est. Si elle les contrarie, surtout Adam, ne risquent-ils pas de l'éliminer ? Elias a beau lui assurer que non, car personne n'a passé de contrat sur sa tête, que les tueurs Scorpi n'agissent que sur contrat, ça ne suffit pas vraiment à la rassurer. Sans compter ce lieutenant de police qui traque Adam depuis des années, et qui lui a recommandé de se montrer prudente... Pourtant, Charlotte n'a pas aussi peur qu'elle le devrait. Elle est curieuse. Séduite par le charme d'Adam, elle fond devant Elias. Et comme Adam considère l'inspecteur comme un ami avec qui il peut jouer au chat et à la souris, il est assez facile d'oublier par moment qu'il est le tueur le plus dangereux du monde.

Peu à peu, Charlotte découvre un univers totalement étranger, empli de créatures mystérieuses, de dangers, de codes auxquels elle ne comprend pas grand-chose. Et sa relation avec Adam évolue. Elle gagne en influence sur le tueur Scorpi, sans même s'en rendre compte. Et, ce qui est appréciable, c'est que Charlotte, sans jamais renier sa gentillesse et sa « banalité », parvient à tirer son épingle du jeu grâce à son intelligence, à défaut de pouvoirs prodigieux, d'un courage extraordinaire ou d'une forme physique éblouissante. Comme le dit Adam, elle est petite, humaine et pauvre, mais c'est ce qui fait son charme et sa particularité, et ces « défauts » vont devenir sa force.

 

J'ai dévoré ce premier tome, tant j'étais prise dans l'histoire. Les personnages sont à la fois loufoques et attachants, l'univers mêle la réalité basique au surnaturel, l'humour est bien présent. On devine d'énormes possibilités pour la suite, qui a déjà rejoint ma pal.