Des gammes et des arpèges

 

 

Tous mes écrits, romans et nouvelles, font l'objet d'un dépôt. Il est donc formellement interdit de les recopier ou de les reproduire, même partiellement, sans l'autorisation de l'auteur.

 

Morgane s'installa sur le canapé, admirant Elwyn qui, assis au piano, jouait sa mélodie préférée, Clair de lune, de Debussy. Le loup-garou n'avait même pas pris la peine de s'habiller, ce qui permit à la jeune femme de le détailler sans complexe. Comme tous les de Chânais, il était beau, même si ce n'était pas ce qui l'avait attirée. En définitive, c'était son côté artiste, un brin cabotin, qui l'avait séduite. En cela, ils se ressemblaient tant que leurs familles les taquinaient régulièrement, faisant mine de se désoler devant leur couple si parfaitement assorti. Elwyn aimait autant qu'elle monter sur les planches. Il était passionné de théâtre, de musique. Il connaissait toutes les répliques dont elle agrémentait souvent les conversations. Et cela ne le dérangeait pas qu'elle soit une sorcière.

Les notes légères s'envolaient par la fenêtre de l'appartement, que le loup avait ouverte. C'était un beau matin d'été, ensoleillé. Morgane sourit à la pensée de leur rencontre, un an auparavant1. Déjà à l'époque, Elwyn se trouvait dans le plus simple appareil, au bord de la route. Elle l'avait aperçu, deviné qu'il s'agissait d'un de Chânais, et s'était arrêtée pour le prendre en stop. Il ne l'avait pas reconnue tout de suite et la jeune femme avait trouvé hilarant et attendrissant qu'il soit si gêné de sa nudité, car il la prenait pour une bonne sœur. Un an. Une année idyllique, qui voyait le loup aussi à l'aise chez elle qu'elle l'était au manoir de Chânais.

— Viens jouer avec moi, proposa-t-il comme la dernière note s'éteignait doucement.

Ils aimaient jouer à quatre mains, leur fantaisie les amenant parfois à des envolées complètement folles, quoique toujours harmonieuses. Les voisins n'appréciaient pas tous de la même façon leurs créations. La vieille Madeleine, qui habitait en face, adorait boire son thé au son de leurs mélodies. Le voisin du dessous, par contre, ronchonnait. Mais comme il ronchonnait pour un oui ou pour un non, le couple avait pris l'habitude de l'ignorer. La musique était censée adoucir les mœurs. Morgane rejoignit son compagnon, qui se décala pour lui faire un peu de place. Elle déposa un baiser sur le sommet de sa tête, souriant de voir ses cheveux ébouriffés. Ils n'eurent pas besoin de se concerter et se lancèrent dans une musique endiablée. Ils jouèrent ainsi pendant quelques minutes, leurs doigts parcourant à vive allure les touches, avant de revenir à des thèmes plus lents, plus romantiques.

Lorsque la sonnette retentit, Elwyn haussa un sourcil.

— Grincheux ? suggéra-t-il, faisant allusion au voisin du dessous.

— Je vais voir. 

— Non, j'y vais.

— Elwyn, tu es nu, s'amusa Morgane.

Elle se leva.

— « S'il vous plaît, maestro », fit-elle.

Il comprit aussitôt la référence et se mit à jouer « Des gammes et des arpèges », des Aristochats. Il se fit même un plaisir d'entonner la chansonnette. Morgane, surexcitée à l'idée de la surprise qu'elle avait concoctée, eut bien du mal à ne pas se précipiter sur la porte d'entrée. Il ne s'agissait pas de faire échouer son petit plan au dernier moment. Heureusement qu'elle était bonne actrice, elle avait réussi à contenir son impatience, si bien qu'Elwyn n'avait rien soupçonné.

Sélène arborait un large sourire. Sa cousine lui tendit aussitôt le cadeau qu'elle avait été chargée d'apporter. Morgane, radieuse, posa un doigt sur ses lèvres pour lui intimer le silence, et prit avec d'infinies précautions le présent qu'elle destinait à son compagnon. Sélène lui fit un petit signe de la main avant de tourner les talons, les laissant seuls pour savourer leur anniversaire.

Elwyn, tout en chantant et jouant, tendait l'oreille. Grincheux n'était pas méchant, juste pénible, mais le loup protecteur en lui ne pouvait s'empêcher de s'assurer que tout allait bien. Morgane était de taille à se défendre, c'était une femme intelligente, et une sorcière accomplie, même si elle n'utilisait que rarement la magie au quotidien, finalement. Elle n'avait pas besoin de son aide, mais Elwyn se targuait d'être un gentleman. Il fronça les sourcils en entendant la porte se refermer sans qu'un mot soit prononcé. Grincheux était peut-être reparti avant que la jeune femme ouvre ?

Un pas léger, un parfum fleuri. Morgane était de retour. Elle vint se poster juste derrière lui. Soudain, elle passa un bras par-dessus l'épaule de son compagnon, et déposa sur le clavier une minuscule boule de poils. Elwyn cessa de jouer. Le chaton, aux longs poils gris tendre, se déplaça maladroitement sur les touches, provoquant des sons discordants.

— Joyeux anniversaire, murmura Morgane à son oreille.

— C'était Sélène, devina Elwyn en passant les doigts dans la fourrure soyeuse du chaton.

Le petit animal se mit à ronronner, ses flancs se soulevant et s'abaissant alternativement.

— Gagné !

— J'adore ton cadeau, sourit Elwyn en tournant la tête pour embrasser la jeune femme.

— Après tout, notre rencontre fut placée sous le haut patronage d'un chat.

— Fox, Llwynog et Mordor vont adorer avoir un copain pour les aider à tourmenter Charles.

Morgane éclata de rire. Les trois chats de la meute, avec la bénédiction des loups, prenaient un malin plaisir à accumuler les pires bêtises, bêtises que Charles devait ensuite réparer. Lui qui haïssait les animaux, il était servi.

— Berlioz, décréta Elwyn en prenant le chaton contre son torse.

— Une fois de plus, nous sommes sur la même longueur d'ondes, approuva Morgane.

— Tu me l'as plus que largement suggéré avec la musique des Aristochats2.

Il regarda la deuxième boule de poils, que Morgane avait gardée dans ses bras, en tout point identique à Berlioz.

Je te présente Marivaux3, annonça la jeune femme.

— Des frères, je suppose.

— Je ne pouvais pas séparer des jumeaux, n'est-ce pas ?

— On croirait entendre Sélène, ironisa le loup.

— Je propose qu'on installe Berlioz et Marivaux et qu'on aille fêter notre rencontre. Dans la chambre.

— Excellent programme, approuva Elwyn.

Il n'avait jamais été friand d'anniversaires et autres célébrations, mais il se promit de trouver de quoi surprendre Morgane l'année suivante. Car il ne doutait pas une seconde que leur histoire durerait. Longtemps.

1Voir Les de Chânais et les Kergallen-2 : Jeux de scène, d'Aurore Aylin et Ysaline Fearfaol.

2Dans les Aristochats, l'un des chatons se nomme Berlioz, en hommage au musicien Hector Berlioz.

3Marivaux : écrivain français, connu surtout pour ses comédies théâtrales

 Sur Amazon :  Jeux de scène

La photo à l'origine de ce texte...

17190396_971079719661202_6697929024987229885_n

Les Aristochats - Des gammes et des arpèges