Hors de question / Hors de contrôle

 

J'avais apprécié le premier tome, sur Scarlett et Aidan (chronique ici), Hors de portée, mais j'ai été totalement emportée par ces deux tomes, qui retracent l'histoire de Sonia, l'amie de Scarlett, et d'Axel. Dans la mesure où ils présentent une continuité, ils s'avèrent complémentaires et il me paraît impossible de faire une chronique pour chaque roman, ayant enchaîné la lecture des deux tomes.

 

hors-de-question,-tome-2-762064-250-400hors-de-controle-834967-264-432

 

 

Son leitmotiv ? Ne jamais révéler ses faiblesses. Et pour atteindre son but, Sonia ne se ménage pas. Que personne ne connaisse son vrai visage lui convient parfaitement. Même ses plus proches amies voient en elle une fille légère, frivole et décomplexée. Photographe d'art, il n’y a que dans ses clichés que le secret affleure la surface…

Lorsque les fantômes de son passé ressurgissent, menaçant de détruire ses remparts, elle panique. Mais c’est sans compter le hasard qui va mettre sur son chemin le seul être capable de la percer à jour.

Hanté lui aussi, Axel parviendra-t-il à combattre ses propres démons pour la sauver ?

 

 

Je lis finalement assez peu de romance contemporaine, car  je trouve que bien souvent, c'est du déjà vu. Quand on écrit sur ce qui constitue une certaine réalité, il est difficile de sortir du lot. Rares sont donc les romances contemporaines capables de m'emporter. Ce fut pourtant le cas de Hors de question, ce que la lecture de Hors de contrôle a confirmé.

 

Nous suivons Sonia, amie de Scarlett. Issue d'une famille aisée, Sonia est photographe d'art. Talentueuse, c'est aussi une femme très sophistiquée, toujours d'une élégance irréprochable, et surtout, une croqueuse d'hommes. C'est du moins l'image qu'elle s'efforce de renvoyer, et elle y réussit très bien puisque ses proches, famille et amis, y croient dur comme fer. Cette attitude, Sonia l'a adoptée cinq ans plus tôt pour se protéger. De quoi ? Il faut lire ce tome 2 pour le découvrir, même si on le devine assez rapidement, quand son ex-fiancé refait surface.

Une série de hasards va l'amener à faire la connaissance d'Axel. Cet homme au visage balafré, qui travaille dans la société d'Aidan, se montre revêche, même avec elle, ce qui est clairement inhabituel. Une attitude qui intrigue Sonia et qui masque là aussi de sombres secrets.

 

Sur une trame assez classique (deux personnages au passé tourmenté que l'amour va rapprocher pour leur permettre de surmonter leurs traumatismes), Georgia Caldera réussit à construire une histoire intense et crédible. Tout repose sur le couple Sonia/Axel.

Tous deux artistes, ils posent sur l'autre un regard différent : Axel voit en Sonia la perfection incarnée, tout ce qui lui est refusé, mais décèle la fragilité et les tourments de la belle. Sonia, de son côté, voit dans les cicatrices d'Axel autre chose que des balafres qui le défigurent, en fait, elle ne les voit même plus, absorbée par la personnalité fascinante du jeune homme. Aux yeux du monde extérieur, ils sont la Belle et la Bête, pourtant, ils vont chacun au-delà des apparences pour découvrir l'autre dans ce qu'il est de plus intime et secret.

 

Dans Hors de question, c'est le personnage d'Axel qui m'a le plus séduite : j'aime ce genre de personnage masculin. Cash dans ses paroles, des réactions virulentes inattendues, et pourtant une vraie sensibilité qui lui permet très vite de soupçonner le secret de Sonia. Protecteur envers ses sœurs et Sonia, il se néglige totalement, sans pour autant s'apitoyer sur son sort. Le héros de romance par excellence, mais avec ce qu'il faut de failles et d'imperfections pour le rendre réaliste. Si on a envie de le prendre dans ses bras pour le consoler, il ne perd jamais en virilité. Sonia apparaît fragile, dépendante de lui et m'a moins interpellée. La situation se retourne pourtant dans Hors de contrôle, ce que j'ai trouvé juste génial. C'est Axel qui se trouve fragilisé dans cette suite, et c'est Sonia qui va se révéler. Plus forte, plus déterminée. « Mon impossible contre ton impossible », une phrase qui résume parfaitement leur relation : ensemble, ils se confrontent à leurs passés, à leurs tourments, s'apprivoisent pour se reconstruire. Malgré l'intensité des émotions, on évite de tomber dans le pathos larmoyant.

 

J'ai particulièrement apprécié l'évolution par petites touches de cette relation. Ils ne se font pas confiance en trois pages, ne tombent pas dans les bras l'un de l'autre en deux chapitres. C'est leur quotidien, presque en huis-clos parfois, qui leur permet de s'apprivoiser. Les petits déjeuners, les soirées télé (Game of thrones, excellent choix), le rituel de l'ardoise magique, sont autant de petits moments au cours desquels ils laissent tomber le masque et durant lesquels leur couple se construit.  Jusqu'à être assez forts et sûrs d'eux pour se confronter au monde réel. Peu à peu, ils reconquièrent certaines choses : chez Sonia, cela passe par son alimentation, ses tenues vestimentaires, sa façon de se comporter vis à vis de ses proches, de son père en particulier. Pour Axel, tout est dans le regard qu'il porte sur lui-même, sur ses cicatrices.

La douceur de ces tête-à-tête laisse la place à une réalité plus dure : le regard des autres sur Axel, sur la relation jugée impossible qu'ils entretiennent. En cela, la fin de Hors de question est une apothéose, quand bien même la lectrice soutient pleinement Axel, sachant pourquoi il a agi ainsi.

Finalement, les pires obstacles à leur relation, ce sont Sonia et Axel eux-mêmes, chacun persuadé d'avoir une part de responsabilité dans ce qui leur est arrivé par le passé, de l'avoir mérité d'une certaine façon.

 

Les deux tomes reposent essentiellement sur le couple principal, mais les personnages secondaires sont bien présents. J'ai une tendresse particulière pour les sœurs d'Axel, dont j'espère que l'on continuera à suivre le parcours (en particulier Morgane). On retrouve Aidan et Scarlett, et j'aime beaucoup l'image que renvoie Aidan dans cette suite. Et bien sûr, il y a Geoffroy, le méchant, manipulateur, menteur, dont on se réjouit chaque fois que Sonia ou Axel le met en échec tout en se demandant quel coup tordu il va encore inventer.

 

L'écriture est d'une indéniable qualité : les chapitres présentant en alternance le point de vue de Sonia et d'Axel, chacun est caractérisé par son langage. Pourtant, en dépit des jurons récurrents d'Axel, j'ai totalement adhéré et j'ai aimé voir Sonia adopter certaines expressions de son compagnon lors des phases de rébellion.

 

Je suis à présent curieuse de savoir sur quels personnages portera le tome 4. À noter aussi, l'histoire se déroule en France, à Paris plus précisément, ce qui est très appréciable, les auteurs ayant trop souvent tendance à situer leurs histoires dans les pays anglo-saxons.