Une journée riche en rencontres et en enseignements pour l'auteur que je suis.

 

Je dois d'abord remercier les Romantiques pour l'organisation de ce festival : j'ai apprécié l'ambiance, l'accueil chaleureux en toute simplicité. C'est une première édition et hier, c'était la première journée, il n'y avait pas une foule compacte dans laquelle on étouffe, et j'ai aimé cela. Auteurs, blogueuses, lectrices se mêlaient sans barrière.Et un grand merci à Noémie Machner, la responsable de BoD France, pour m'avoir invitée, je suis heureuse d'avoir pu participer à l'événement.

 

L'ouverture des portes ayant lieu dès 8h, nous avons été accueillis (oui, il y avait quelques messieurs) par des petits gâteaux et des boissons chaudes.

12985553_1696356703914619_1964652487794214001_n

 

13043594_10153771645676865_4033019503882885869_n

 

J'ai commencé par assister, à 9h, à la conférence sur l'auto-édition. De gauche à droite : Noémie Machner (BoD), Camille Mofidi (Kobo), et 3 auteurs AE à succès : Tina Folsom, Katja Lasan et Fabiola Chenet. Les différences entre les auteurs AE anglo-saxonnes comme Tina Folsom et les petites franchies/francophones sont assez impressionnantes, ne serait-ce que dans la façon dont elles sont perçues dans leur pays. Aux Etats-Unis, l'AE est une institution, le côté self made man/woman étant valorisé, là où en France, c'est encore difficile d'être reconnu comme un auteur à part entière. Tina Folsom, d'origine allemande mais vivant aux Etats-Unis, parle extrêmement bien français, ses interventions étaient souvent pleines d'humour.

12994579_1696362323914057_6771189302374999049_n

Est ensuite venue la petite table ronde pour présenter BoD : peu de monde, mais l'ambiance était agréable et nous avons pu échanger simplement.

13043790_1165910763460339_6676355284274970008_n

J'ai ensuite enchaîné avec une conférence sur les blogs : services presse, influence... Là encore, une nette différence entre les blogs francophones et les blogs et sites américains. Chapeau d'ailleurs à Bobbi Dumas, qui a fait l'effort de parler français lors de ses interventions, sa traductrice n'a presque pas eu besoin d'intervenir !

13012813_1696387967244826_4592663271026447149_n

 

Ensuite est venue une conférence sur les auteurs francophones. De gauche à droite : Emily Blaine, Karine Bailly (éditrice chez Charleston), Carole Declercq, Georgia Caldera et Laura Trompette. Des échanges souvent drôles (Emily Blaine est un vrai clown et adore parler de rillettes, de cornichons et de champagne) mais constructifs et instructifs.

13012881_1696400910576865_5814714725153966720_n

 

Après la pause déjeuner, je me suis trouvée confrontée à un vrai dilemme : plusieurs animations avaient lieu en simultané, comme toujours, et toutes m'intéressaient. J'ai délaissé la conférence sur la romance historique pour une activité un peu plus intimiste : lecture à haute voix par Georgia Caldera et Penny Watson Webb. Je ne connaissais pas cette dernière, mais l'extrait de son roman en cours d'écriture qu'elle nous a lu m'a beaucoup plu, et j'ai apprécié aussi sa personnalité cash, cool et enjouée : venue avec son bébé de 6 semaines, elle nous a beaucoup fait rire. Quant à Georgia, elle nous a lu le chapitre 2 de son roman Hors de question, qui sort le 11 mai, et ça donne très très envie ! Nous avons terminé par des dédicaces et des discussions, petit moment très sympa. J'ai été étonnée lorsque Georgia a reconnu mon nom, nous nous croisons sur facebook, mais je ne pensais pas qu'elle se souviendrait de moi, avec la multitude de contacts qu'elle a !

13010846_1696439417239681_4215277461128886405_n

13001186_1696439433906346_601876062895763963_n

J'ai ensuite joué les groopies et rencontré Belinda Bornsmith et Elizabeth Hoyt, la grande Elizabeth Hoyt !!!!!! Malgré mon anglais très très limité, nous avons réussi à échanger un peu, tout comme un peu plus tard j'ai réussi à papoter avec l'adorable Alyssa Alexander. Son français étant au même niveau que mon anglais, nous avons bien ri de nos tentatives pour parler la langue de l'autre. Mais du coup, cela fait encore grandir ma pal, car elle m'a donné envie de découvrir ses romans.

13029485_1723381331278160_1235325322656326443_o

12998628_1723378957945064_8950197154919303654_n

13043354_1723381414611485_6561315767326766769_n

13043362_1723381917944768_4980605126223685924_n

J'ai terminé par la conférence sur le thème du New Adult. De gauche à droite : Belinda Bornsmith, Katja Lasan, Pauline Libersart et Georgia Caldera.

13043489_1696481327235490_4866222942320679344_n

J'ai aussi eu la chance de croiser Anne Golon, la maman de la célèbre Marquise des Anges. une vieille dame qui a suscité bien des réactions, y compris chez les stars anglo-saxonnes comme Elizabeth Hoyt. 

 

Lors de toutes ces conférences, j'ai été étonnée de voir combien l'auto-édition était souvent citée, pour souligner notamment le rôle joué par ce mode d'édition dans l'évolution des genres. Les AE, n'ayant aucune contrainte, s'affranchissent des codes, osent tout (pour le meilleur comme pour le pire). Bien sûr, 50 nuances de Grey ou encore After ont souvent été mentionnés, mais le fait est que ce mode d'édition semble susciter pas mal de réflexion.

 

J'espère qu'il y aura un second Festival l'an prochain, je serai plus que ravie de m'y rendre à nouveau, car cette première expérience a été très concluante pour moi.